0% lus

La vésicule biliaire. Ma vésicule biliaire. Me suis-je jamais intéressé suffisamment à ce petit organe ?
Cachée sous le foie, ma vésicule biliaire est discrète. Souvent muette. Sauf lorsqu’elle se met en branle.
On la sait minuscule, capable de tenir dans le creux d’une main avec ses 10 centimètres. Une petite poire fragile, palpable, verte, insolite.
Si je regardais à l’intérieur de moi, je la verrai palpiter au coeur de la journée, toute occupée à récolter la bile transformée par mon foie.

Comme tous les organes, la vésicule biliaire vit une existence cachée au creux de mon ventre. On ne peut pas la toucher, même en la palpant.
Et encore heureux ! Car lorsque je la sens sous mes doigts, c’est qu’elle a atteint un stade critique. Elle est remplie de bile. Amère. Aigrie.
Ma vésicule biliaire et mes émotions ont des remontrances à me faire. Et plus la situation empire, plus la bile stagne à l’intérieur de moi et dans tout mon corps. Tout doucement, la voilà qui se répand dans le sang, elle et sa drôle de couleur jaune. C’est la jaunisse.

Vésicule biliaire, symbole, signification et approche somato-émotionnelle

La vésicule biliaire, petite mais puissante, peut m’en faire voir de toutes les couleurs !

On le sait, la vésicule biliaire permet de stocker la bile en provenance du foie et de l’emmener dans les intestins, c’est elle qui prend les décisions. Maître d’oeuvre du processus de digestion, la vésicule biliaire sait bien où elle va. Elle symbolise la capacité à prendre des décisions et faire des choix. La signification de la vésicule biliaire nous apprend qu’elle sait toujours se décider et déterminer la marche à suivre. Et quand elle ne le peut pas, on sent quelque chose qui vient me prendre à la gorge. Tout à coup, voilà que quelque chose se retient de l’intérieur. Je ne peux plus parler ni agir, mon propre corps refuse de coopérer. C’est un dysfonctionnement interne, une panne de la machine. Ma vésicule biliaire ne fonctionne plus, mon transit intestinal fait des siennes, je suis ballonné, je digère mal. Rien ne va plus.

Et dans ce tohu-bohu général, peut-être que le problème vient en fait de ma difficulté à être capable de mettre un mot sur mes sentiments, à les clarifier, les exprimer, leur donner un sens. La symbolique de la vésicule biliaire me dit que dans ce ramdam qu’est mon corps, je suis perdu aussi bien que dans ma place dans le monde. Où aller ? Que faire ? Qui suis-je ? Quelle est ma valeur ? Ai-je jamais ressenti pareilles questions ? Cette sensation d’injustice qui me laisse amère, perdu et plein de rancoeur. Plein de bile.

Y aurait-il quelque chose à définir à l’intérieur de moi…?

Que se passe-t-il exactement dans ma vésicule biliaire ? Est-ce une cholécystite ? Cette infection interne qui vient d’une agression extérieure ? Peut-être alors que le fruit de ma rancoeur et ma sensation de conflit vient de quelqu’un d’autre. Une personne dans mon entourage plus ou moins proche face à laquelle je me sens furieux et dans l’incapacité d’agir. Et de l’inaction naît la douleur.

vésicule biliaire signification symbolique

Comment se pourrir de l’intérieur ? Quelle symbolique de la vésicule biliaire ?

Imagine-t-on sa vie pleine d’injustices, réelles ou fantasmées ? Y a-t-il un moyen d’y voir plus clair ?

La bile de ma vésicule biliaire est aussi le liquide qui permet aux aliments de se dissoudre, de se scinder. En quelque sorte, de se partager. Peut-être ai-je eu l’impression de ne pas avoir eu ma part du marché dans une situation ou une autre ? On peut imaginer quelque chose de très spirituel, tout comme un fait très terre à terre. Un repas à table où j’aurai été exclu ? Où j’aurai vu d’autres personnes se servir mieux que moi ? Il n’y a pas de petites choses qui ne troublent pas l’inconscient. C’est de l’ineffable, du ridicule, de l’inenvisageable que vient le trouble.

Ma vésicule biliaire me parle et cristallise autour d’elle ce qu’elle reçoit de l’intérieur.

Une douleur à la vésicule biliaire dans sa signification indique qu’elle se ronge de rancoeur. Et la rancoeur elle-même n’est qu’un chemin pour rendre les choses au coeur. Rancoeur. Rend. Coeur. Il faut aimer pour détester. Il faut avoir été passionné dans le bonheur pour se ronger le sang dans la haine. Il y a quelque chose de fluet, de délicat, d’incompréhensible mais pourtant bien présent dans les relations d’amour et de haine. Celles qui me font monter la bile. L’amertume me tue tout doucement. Y aurait-il une solution pour faire la paix ? Ou engager un premier pas.

Vers soi-même ou vers l’autre, rester présent. Laisser le temps.

Cabinet d'ostéopathie Bertucchi

Les ostéopathes de l’équipe.

Cléa

Author Cléa

Traductrice du langage de notre corps, j'enquête sur la voie du bien-être !

More posts by Cléa

Leave a Reply